Page d’accueil Présentation
de la librairie
Les animations Les dossiers thématiques Nous contacter Historique Les livres lus
chez Atout-Livre
Préparez votre venue à la librairie sur www.librest.com
Nos derniers coups de coeur  
Littérature française
 Les vies d’Emily Pearl
Cécile LADJALI
 Babylone 1900
Jérôme PRIEUR
 Le théorème d’Almodovar
Antoni Casas Ros
 Ker violette
Karine Fougeray
Un diamant brut (Vézelay-Paris 1938-1950)
Yvette SZCZUPAK-THOMAS
 L’apprentissage de la ville
Dietrich Luc
 Atelier 62
Martine SONNET
 Et mon coeur transparent
Véronique OVALDE
 Le Voyage en Algérie
Franck LAURENT
 Dieulefit ou le miracle du silence
Anne VALLAEYS
 La théorie du panda
Pascal GARNIER

Un diamant brut (Vézelay-Paris 1938-1950)
Yvette SZCZUPAK-THOMAS

448 pages
Anne-Marie Métailié
20 €

C’est un récit de vie et un grand texte littéraire, une de ces perles rares qu’on n’attendait pas. Décédée en 2003 en Israël, Yvette Szczupak-Thomas a commencé son autobiographie en 1980, et l’a achevée en 1999. Pourquoi ce livre nous arrive-t-il seulement aujourd’hui, c’est un des nombreux mystères de l’édition... Mais l’on peut penser que ce texte marquera à jamais les éditions Métailié, tout comme tous ceux qui le liront. 

Née en Bourgogne en 1929, Yvette se retrouve orpheline. Baladée de famille en famille dans les campagnes et subissant le triste sort de la plupart des pupilles de l’Assistance Publique, elle est un jour repérée pour la qualité de ses dessins par un couple, les Zervos, collectionneurs d’art, éditeurs et mécènes riches en amis artistes. Ces derniers décident de l’adopter. On est en 1941. Et voilà Yvette à Paris, entourée des plus grands artistes de l’époque : Paul Eluard, René Char, Braque, Romain Rolland, et surtout Picasso, qui deviendra son professeur de dessin. On peut croire qu’Yvette trouvera là les clés de l’épanouissement. Mais le sordide est partout et, tout comme au fin fond des campagnes où elle avait subi l’asservissement, Yvette cherchera – et trouvera – le moyen de se libérer de celui, différent, qu’elle a vécu à Saint-Germain-des-Prés...

Un livre inouï, tant pour l’histoire que pour l’écriture qui nous atteint quasi-physiquement.

Florence LORRAIN

Publié le 16 mai 2008